Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

Réfléchir le social au début d'un nouveau processus pour une existence réelle, économique et écologique et un tourisme cohérent avec le changement climatique en évitant de reconstruire les vestiges du passé .

Voir le site Démocratie Evolutive ici

 Sur le même territoire rural Pays Midi Quercy : chacun doit-il chercher sa solution ou doit-on réfléchir à des villages et des villes solidaires et coopératives ?

Lors d'une rencontre devant le lavoir de Caylus avec un artisan et habitant sous le charme du lavoir public , je lui faisais remarquer les problèmes de l'élevage intensif voisin de Septfonds, sa réponse a été de dire que ce village devait se débrouiller;   pour lui ce qui est important c'est d'avoir un monument à Caylus qui attire les touristes .

Peut-on encore se moquer  des problèmes d'un village voisin à l'heure du changement climatique et d'une pollution planétaire ?

Je lui ai fait remarquer que dans un passé récent des régimes de pouvoir  sous le le culte des monuments grandioses se sont effondrés plus tôt que ce qu'ils avaient prévu. Le social n'est pas toujours perçu comme un engagement humain qui dépasse les intérêts personnels ou de groupes sur une Planète à construire à partir de la Solidarité et de la Coopération .

Peut-on concevoir le lien social sur un même territoire sans villages et villes  solidaires pour un développement durable ?

A Septfonds l'extension d'un élevage ( 6500 porcs) ; à Caylus , à14 kms de distance, un lavoir public restauré est inauguré pour attirer les touristes et un lien social mais de quel lien s'agit-il réellement ?

Septfonds et son élevage intensif

Le Tarn&Garonne pourra-t-il s'humaniser face à l'exploitation intensive des espaces naturels ?

Cette question est la suite logique à se poser  face à deux nouvelles qui viennent de nous parvenir : 

- La liquidation de BIO 82 

- Le projet d'élevage intensif à Septfonds  lire la suite

Ce projet d'élevage intensif n'entre ni dans le développement durable pour le quel des subventions sont accordées à la gouvernance territoriale ni dans la mobilisation  face au changement climatique .

Il serait judicieux de poursuivre la mobilisation citoyenne sur ces sujets

Ne pas confondre le lien social global et les intérêts sociaux minoritaires vestiges du passé ….

Caylus son lavoir public et son projet municipal de développement

Expliquer l'histoire du passé est nécessaire mais cette histoire ne doit-elle pas éviter un double-coût ? Doit-on refaire en dur les monuments du passé alors que des sites numériques publics déjà financés par les contribuables peuvent expliquer aussi bien l'histoire d'un lavoir ou autre monument dans son passé historique ? Refaire les monuments du passé en dur a un coût que les contribuables ne peuvent payer de nombreuses fois, alors que des services publis sociaux disparaissent ...

La gestion d'un territoire doit s'ouvrir sur de nouveaux concepts évolutifs si elle veut éviter le développement durable de la dette  et les réflexions doivent évoluer avec un monde qui change .La gestion des nouveaux outils digitaux peut contribuer à une économie écologique mais lorsque ces derniers s'ajoutent sans au préalable avoir donné la possibilité de re-lier tous les habitants, ils s'éloignent du lien social et d'une économie réelle évolutive au service du plus grand nombre.

Faire pour un tourisme qui ne fonctionne que deux ou trois mois dans l'année , pendant que les commerces meurent, que la population vieillit , que les ventes de logements possibles ne coopèrent pas pour accueillir une population nouvelle, consciente des dangers d'une économie du « chacun pour soi « ne permet pas un développement durable mais une succession d'échecs financés par tous.

Construire une cyberbase , un flablab permet d'utiliser de nouveaux outils mais sont-ils mis à disposition d'une faible minorité ou d'une large population ?

Les ateliers organisés à partir de la Société Civile issue de la Démocratie Evolutive sont en manque pour une coopération issue d'une réflexion démocratique évolutive.

J'ai participé à de nombreux ateliers sur l'avenir du territoire ou du village avec des élus du Plan d'Equilibre Territorial de Pays Midi Quercy et du Conseil Municipal de Caylus .

Lors d'un atelier à Caylus sur « comment voyez vous l'avenir du village » j'ai été surpris d'entendre que certains conseillers municipaux révélaient « ne pas avoir d'idées » et encore plus de constater que les idées de la Société civile après ces ateliers n'étaient jamais prises en compte.

Les ateliers organisés à partir de la Société Civile issue de la Démocratie Evolutive font défaut pour créer une coopération issue d'une réflexion démocratique évolutive.

Le lien social, pour fonder une société, n'est pas de découler d'intérêts minoritaires « durables », de carrières ou de pouvoir de gouvernance de partis, mais il doit se situer au début d'un processus qui réunit les habitants , la société civile , les entreprises, les associations de biens communs et les élus  . Si le lien social dans un territoire ne réunit qu'une minorité pour un intérêt durable de gouvernance territoriale , si les villages ensemble ne s'organisent pas face au changement climatique comment le Plan d'Equilibre Territorial Rural Pays Midi Quercy pourra-t-il remplir sa mission malgré les subventions publiques accordées ?

A Caylus les habitants qui recherchent des produits de qualité (notamment alimentaire) respectant l'environnement et la santé doivent faire des parcours dans les villes voisines ; les commerces coopératifs étant inexistants à Caylus.

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques lire ici 

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Le commerce équitable s'engage pour l'égalité Femmes-Hommes  lire ici

 

Réflexion citoyenne sur le lavoir public de la ville de Caylus

Caylus : ville ou village?

Sur cette photo nous ne comprenons plus si Caylus est un village ou une ville...

Le lavoir de Caylus en 2018 est il social ?

En 1923 les lavandières utilisaient l'eau du lavoir, en lavant leurs linges elles avaient en plus la possibilité d'échanger leurs idées, leurs savoirs , leurs points de vue . En 2018, l'eau n'existe plus dans le lavoir devenu un deuxième monument qui a plus l'utilité d'un marché couvert que d'un lavoir public

Le lavoir de Caylus en 2018 est il économique ?

A Caylus deux marchés couverts un en haut place de la mairie et un en bas sont mis a disposition des « peu de producteurs locaux et revendeurs » .

Mais ces producteurs locaux et revendeurs se développeront-ils dans l'économie de Caylus ? Nous constatons que les commerces non accompagnés par des réseaux économiques et coopératifs au centre disparaissent deux années après leur inauguration , les producteurs locaux et revendeurs  connaîtront pour la plupart le même sort, même si ils sont placés sous le lavoir public de la ville de Caylus.

Le lavoir de Caylus en 2018 est il culturel, public et démocratique ?

Les élus de la ville de Caylus ont ce bon sens de vouloir donner une culture historique de ce lavoir , mais du fait que ce lavoir rénové a un coût important , ce coût aurait pu être réduit, il aurait pû être valorisé en 3 D par des sites subventionnés pour le Tourisme avec l'eau en plus. Cette valorisation du patrimoine  aurait suffit pour les économies publiques et le tourisme

Extrait du panneau de la Ville de Caylus et du lavoir public

"En France , c'est à partir du XXIème siècle, que se développent des politiques d'amélioration de l'hygiène et de la salubrité publique.

A Caylus, la commune décide la construction d'un nouveau lavoir en 1923, sur la promenade basse, au cœur de la ville....."

En 2018, la rénovation d'un lavoir public sans eau pose question . Avec la disparition de l'eau, seul le financement reste public , ce financement est un mauvais sens à notre époque du développement de la dette. Le fait que ce lavoir a obtenu des subventions publiques devrait permettre des réunions de réfléxion citoyenne sur les réductions possibles de ces dépenses publiques à l'heure des effondrements sociaux et écologiques globaux et le danger pour nos territoires ruraux de faire faillite, si des entreprises de biens communs durables ne voient pas prioritairement le jour. Pour y parvenir ne faudrait-il pas des Comptes rendus des réunions sur le financement du lavoir de Caylus ville ou village afin de mobiliser  la réflexion d' un projet d'avenir coopératif économique. Cette réflexion ne peut se construire en 2018  sans la participation d'association de la société civile issue de la Démocratie Evolutive.

Dans le développement durable d'une ville, d'un village et d'un territoire , faut-il avoir comme point de départ une vision globale sociale ou ajouter des structures à des intérêts durables personnels, de groupuscules n'ayant pris aucun intérêt au sens des biens communs ? Des projets coûtant très chers au service des marchands de machines vendues hors d'une  juste place dans l'éonomie réelle ne semblent-ils pas  ne plus correspondre aux idéaux républicains Liberté-Egalité-Fraternité pourtant inscrits sur le fronton de nos mairies ?

Faut-il développer une dette publique avec des projets qui deviennent inutiles lorsqu'ils manquent de temps et de conscience humaine pour les gérer  selon les idéaux Liberté-Egalité-Fraternité?

Dans un passé encore récent, nos peuples ont connus les horreurs de systèmes dictatoriaux, d'idéologies totalitaires et de guerres. Nous ne pouvons tout de même pas (re)tomber dans le piège du premier discours simpliste et séducteur venu, et ainsi reproduire ce passé.

Il n'est pas possible non plus de maintenir simplement nos systèmes de pensée et de fonctionnement actuels... puisque nous constatons qu'eux aussi mènent peu à peu et inéluctablement, aux mêmes catastrophes.

Je formule à nouveau la question sous un autre angle encore : Face à ces impasses, que penser ? Que faire ? Sur quoi nous appuyer pour nous orienter?

Écrit par  Stéphane Lejoly Lire la suite

 Quel développement durable : celui d'un musée pour quelques visiteurs quelques mois dans l'année ou d'un village ou  d'une ville en réflexion vers l'accueil d'un renouvellement pour une vie économique durant une année entière (et pour l'avenir) ? N'est-ce pas le bon sens du développement durable? 

Sans eau , le lavoir est entré dans le village ou la  ville de Caylus par la porte d'un musée en construction mais amputé des besoins de l'époque passée

Un choix entre 2 arts pour un avenir réellement durable s'appuyant sur l'économie réelle et un tourisme s'appuyant sur le patrimoine :

  1. les arts amputés des besoins des habitants de cette époque passée pour un tourisme saisonnier

  2. l'art des biens communs : un art de la vie à construire avec des hommes et des femmes d'aujourd'hui venant d'ailleurs et d'autres horizons pour construire la réponse aux besoins évolutifs tournés vers l'avenir ...

Réfléchir le social au début d'un nouveau processus pour une existence réelle, économique et écologique et un tourisme cohérent avec le changement climatique en évitant de reconstruire les vestiges du passé . lire la suite

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques lire ici 

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Le commerce équitable s'engage pour l'égalité Femmes-Hommes  lire ici

Caylus ville ou village deviendra-t-il un cimetière ? Citations ( à réfléchir ) en rapport avec les musées

“Je suis las des musées, — cimetières des arts.”

Alphonse de Lamartine

Voyage en Orient

La civilisation de l'homme est dans les bibliothèques, dans les musées et dans les codes; elle exprime les chromosomes humains, elle ne s'y imprime pas.”

Jean Rostand

Pensées d'un biologiste

 

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques

L'activité citoyenne de Lien en Pays d'OC n'est pas marchande , elle ne reçoit ni subvention publique , ni cotisation elle est entièrement financée par des bénévoles volontaires . Cette activité citoyenne liée au développement de l'information de démocratie évolutive basée sur la tri-articulation sociale est cependant indispensable pour ouvrir une troisième voie.

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques

Écrit par  Stéphane Lejoly

trois-polarite-economie

 

Cette image met en évidence la place et les rôles fondamentaux que joue la distribution, dont notamment :

  1. Permettre et faciliter la rencontre entre les besoins de ces deux polarités de l’organisme économique que représentent les producteurs (lettres « ») d’une part, et les consommateurs (lettres « C ») d’autre part.
  2. Faire circuler marchandises, biens et services (et argent) entre ces deux pôles de l’organisme économique. De même que faire circuler des informations.

Et si les circuits courts ne présentaient pas que des avantages ? Un aperçu des dommages occasionnés par certains circuits courts et des pistes de solutions possibles. Lire la suite

En étudiant de plus près le mode de fonctionnement " circuits courts" , nous constaterions  que de multiples  trajets sont effectués autant par les producteurs que par les consommateurs qui seront obligés de rechercher leurs besoins dans divers endroits , notamment pour les produits de qualité alimentaire . La multiplication de trajets pour faire ses courses surtout en milieu rural ne favorise pas la réduction de l'énergie fossile. 

La société civile propose aux réseaux de circuits courts d'éviter de court-circuiter le travail de l'intermédiaire coopératif distribution et communication ( information sociale, mise en relation, réflexion sur des projets de biens communs.....) qui ouvrirait des perspectives d'emplois durables basées par la répartition des revenus sur le temps de travail effectué pour une réelle économie globale , cette économie étant évidemment écologique. De plus, ce traval éviterait tous les trajets pour réunions qui participent à la consommation d'énergie fossile tout en n'évitant pas dans le présent les projets inutiles voire dangereux face au changement climatique.

Si l'intermédiaire coopératif est remplacé par des aides publiques partielles et non durables le travail effectué ne pourrait pas permettre au développement du même nom de se concrétiser .

Si par contre les aides publiques sont durables , les dettes publiques le deviennent aussi , commençons par le commencement réduisons les dépenses inutiles voire dangereuses.

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Pourquoi soutenir le réseau Biocoop pour entreprendre autrement ?

Dans notre village les tentatives de création de commerces et d'entreprises échouent . Seules ou mal accompagnées par des instances qui n'ont jamais pratiqué  elles-mêmes l'entreprise économique  , ces tentatives disparaissent  parce qu'elles ne s'appuient pas sur un réseau coopératif de biens communs avec le sens de l'équitable. Lire la suite

Informations complémentaires

Le changement climatique nous concerne tous- Effondrement, adaptation ou prospérité à l’heure du changement climatique

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine » Kenneth Rogoff, Le Monde, 17 juin 2011  lire la suite

Pour entrer dans les détails parcourir le site Lien en Pays d'OC " Coopérer pour développer un réseau favorisant la gestion de la Terre et des semences reproductibles comme patrimoine de l'Humanité entière ici

 

Le changement climatique nous concerne tous

L'activité citoyenne de Lien en Pays d'OC n'est pas marchande , elle ne reçoit ni subvention publique , ni cotisation elle est entièrement financée par des bénévoles volontaires . Cette activité citoyenne liée au développement de l'information de démocratie évolutive basée sur la tri-articulation sociale est cependant indispensable pour ouvrir une troisième voie.

Effondrement, adaptation ou prospérité à l’heure du changement climatique

par Emmanuel Hache

Directeur de recherche et professeur à l’IRIS.

Le 13 novembre 2017, plus de 15 000 scientifiques alertaient, dans une tribune, quant à la nécessité de réduire l’empreinte écologique humaine sur les différents écosystèmes voir la suite

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine » Kenneth Rogoff, Le Monde, 17 juin 2011
 

De nombreux chercheurs mettent en évidence un certain nombre de signes annonçant la chute de notre civilisation . Cette théorie de l'effondrement de civilisation industrielle serait de s'adapter au passage brutal d'un système à un autre, qualitativement différent. Le défi de nos sociétés serait donc de s'adapter aux bouleversements qu'il subit. Voir cette vidéo de Cyril Dion​ " L'effondrement est déjà là " ici

Dans cette perspective d'adaptation à l'effondrement et au changement climatique , la société civile apporte des propositions d'adaptation en abordant l'économie réelle d'un point de vue global et en apportant différents aspects d'une troisième voie pour une humanité en péril par un organisme social tri-articulé.

Voir La tri-articulation sociale, selon Rudolf Steiner  1ère partie en accès libre (gratuit) ici

Le changement climatique , l'effondrement ne pourront  être vécus sans les propositions de la société civile

Ce livre est le fruit de plusieurs décennies d’un travail intense sur le terrain, où Nicanor Perlas a forgé ses concepts au fil de son action sur le plan local, national et international.
Loin de dicter le chemin, ce livre est un outil de compréhension du processus mondial en cours. Car tout reste encore à inventer...

Analyse du GATT et de la mondialisation libérale par Nicanor Perlas lire ici 

Quelle approche pour une transformation radicale de l’Etat-Nation par Nicanor Perlas

Quelques Réflexions sur les Dangers d'une Approche Purement Politique. Les Prémices d'une Nouvelle Stratégie. Le Rôle Essentiel de la Triarticulation Sociale dans cette Nouvelle Stratégie.  La suite

Coopérer en élargissant les moyens de communication

 Une réunion pour la constitution d'une association « lettre citoyenne pour annonces et services» est prévue le Samedi 23 Juin à 9h 30 à la salle des associations à Caylus 82160 entrée médiathèque Avenue du Père Huc ( route principale qui traverse le village)

Objet de la journée : présentation de « La lettre citoyenne pour annonces et services » qui serait  envoyée aux habitants de Caylus et alentour : 3800 envois sont prévus .

L'association « lettre citoyenne pour annonces et services» gérerait  sa mise en forme et sa gestion 

Cette lettre papier serait  prolongée par un envoi électronique et  ouvrirait  des relations entre les personnes motivées par les biens communs, l'économie réelle d'existence, la résistance face à la fracture sociale , la coopération fraternelle  sur des fondements de base comme l'alimentation de qualité économique et démocratique .suite  

Cette lettre s'inscrit dans un projet plus large  lire ici

Le Tarn&Garonne pourra-t-il s'humaniser face à l'exploitation intensive des espaces naturels ?

Cette question est la suite logique à se poser  face à deux nouvelles qui viennent de nous parvenir : 

- La liquidation de BIO 82 

- Le projet d'élevage intensif à Septfonds  lire la suite

Ce projet d'élevage intensif n'entre ni dans le développement durable pour le quel des subventions sont accordées à la gouvernance territoriale ni dans la mobilisation  face au changement climatique .

Il serait judicieux de poursuivre la mobilisation citoyenne sur ces sujets

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques

Écrit par  Stéphane Lejoly

trois-polarite-economie

 

Cette image met en évidence la place et les rôles fondamentaux que joue la distribution, dont notamment :

  1. Permettre et faciliter la rencontre entre les besoins de ces deux polarités de l’organisme économique que représentent les producteurs (lettres « ») d’une part, et les consommateurs (lettres « C ») d’autre part.
  2. Faire circuler marchandises, biens et services (et argent) entre ces deux pôles de l’organisme économique. De même que faire circuler des informations.

Et si les circuits courts ne présentaient pas que des avantages ? Un aperçu des dommages occasionnés par certains circuits courts et des pistes de solutions possibles. Lire la suite

En étudiant de plus près le mode de fonctionnement "circuits courts" , nous constaterions  que de multiples  trajets sont effectués autant par les producteurs que par les consommateurs qui seront obligés de rechercher leurs besoins dans divers endroits. La multiplication de trajets pour faire ses courses surtout en milieu rural ne favorise pas la réduction de l'énergie fossile. 

La société civile propose aux réseaux de circuits courts d'éviter de court-circuiter le travail de l'intermédiaire coopératif distribution et communication ( information sociale, mise en relation, réflexion sur des projets de biens communs.....) qui ouvrirait des perspectives d'emplois durables basées par la répartition des revenus sur le temps de travail effectué pour une réelle économie globale , cette économie étant évidemment écologique. De plus, ce traval éviterait tous les trajets pour réunions qui participent à la consommation d'énergie fossile tout en n'évitant pas dans le présent les projets inutiles voire dangereux face au changement climatique.

Si l'intermédiaire coopératif est remplacé par des aides publiques partielles et non durables le travail effectué ne pourrait pas permettre au développement du même nom de se concrétiser .

Si par contre les aides publiques sont durables , les dettes publiques le deviennent aussi, commençons par le commencement réduisons les dépenses inutiles voire dangereuses.

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Pourquoi soutenir le réseau Biocoop pour entreprendre autrement ?

Dans notre village les tentatives de création de commerces et d'entreprises échouent . Seules ou mal accompagnées par des instances qui n'ont jamais pratiqué  elles-mêmes l'entreprise économique  , ces tentatives disparaissent  parce qu'elles ne s'appuient pas sur un réseau coopératif de biens communs avec le sens de l'équitable. Lire la suite

Pour entrer dans les détails parcourir le site Lien en Pays d'OC " Coopérer pour développer un réseau favorisant la gestion de la Terre et des semences reproductibles comme patrimoine de l'Humanité entière ici