Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Biens communs

 

12651255_1220509467978000_5186370568608396551_n

Dessin de Réveillez-vous

Les biens communs et le Mouvement commun de la transition 

Les « biens communs », késako ? C’est l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit, les forêts que l’on exploite et dans lesquelles on prend plaisir à flâner, ce sont les semences, garantes de la biodiversité – et donc de notre survie – c’est la Terre, notre habitat. Mais ce sont aussi les logiciels libres, les modes de vie traditionnels, les connaissances, l’information, etc. Bref, ce sont des ressources naturelles ou culturelles gérées par une communauté qui se donnent ses propres règles en vue de les préserver.

Et si les « communs » constituaient cette fameuse « troisième voie », sociale et écologique, entre le marché et l’État ?

Biens communs

« Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielle – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un imaginaire politique renouvelé. » voir la suite

A qui faut-il confier nos biens communs ?

On les définit encore sous forme de listes : l’eau potable, les forêts, le patrimoine historique, Internet, ou encore la connaissance universitaire. Des ressources communes qui sont parfois gérées par quelques uns. Faut-il miser sur l’Etat ou sur le marché pour garantir leur meilleure répartition ? A moins qu’il ne faille inventer d’autres modèles ?   écouter l'émission

mlllxmglnqsynmjnoi-snjl72ejkfbmt4t8yenimkbvaiqdb_rd1h6kmubwtcebjQuand les grands projets inutiles piétinent l’intérêt général

Réalisé par Sophie Metrich et Julien Milanesi, L’Intérêt général et moi plonge le spectateur dans une réflexion vivante et sensible sur cette notion d’intérêt général.

Les auteurs partent d’un conflit qu’ils connaissent bien : la construction de l’autoroute A 65 Pau-Langon. Ce projet a vivement opposé les populations, les élus, il a produit des contradictions et des tensions au sein de la technocratie de l’État. Pourquoi ? Quelles luttes d’influence ? Au service de qui et de quoi ? Que reste-t-il de tout cela aujourd’hui ?
 Progressivement, les auteurs enquêtent sur d’autres grands projets inutiles, LGV, Notre-Dame-des-Landes. À partir de là, le propos s’élargit et se prolonge par une réflexion sur le fonctionnement de la démocratie dans un monde globalisé.

Qu’est-ce qu’une démocratie au XXIe siècle ? Quelle société organise-t-elle ? Élus, dirigeants politiques nationaux et locaux, militants associatifs, journalistes, fonctionnaires, exposent leurs points de vue et la question interpelle le spectateur lui-même, naturellement. On ressort de ce film l’esprit concerné pour longtemps. Lire la suite

La stupéfiante arnaque de l’Etat pour faire croire à l’intérêt économique de Notre-Dame-des-Landes

Depuis des années, une bataille discrète se poursuit autour de l’intérêt économique de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Selon les chiffres posés par l’Etat dans l’enquête publique de 2006, le projet serait très rentable. Sauf que ces chiffres sont manipulés, comme le révèlent aujourd’hui Reporterre et les élus opposés au projet. Lire la suite

NDDL. Le livre accusateur de Françoise Verchère

Dans un livre court et accusateur, l'ancienne élue, opposante au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dénonce "la fabrication d'un mensonge d'Etat".

Ancien maire de Bouguenais, ancienne élue départementale, opposante de longue date au projet Notre-Dame-des-Landes, Françoise Verchère connaît le dossier jusque dans la dernière virgule de la dernière annexe. Récemment encore, c'est elle qui représentait les opposants dans un débat diffusé par le site d'information Médiapart. Elle n'avait pas de contradicteur (une journaliste a tenu ce rôle). Ce n'est pas un hasard. Dans le camp des pro-aéroport, tout le monde s'était défilé, à l'exception du sénateur (LR) Bruno Retailleau, dont la réponse était arrivée trop tard si on s'en réfère aux explications du site. Lire la suite

Françoise Verchère vient d’écrire un livre sur Notre-Dame des Landes qui fera date. Un livre de combat, en trois courts chapitres, qui a le mérite de replacer le conflit en perspective.

Ce blog le publie intégralement.

Le dernier verdict du tribunal de Nantes met le gouvernement au pied du mur : soit expulser manu militari les zadistes du site de Notre-Dame des Landes, soit renoncer au projet d’aéroport du grand ouest. Avec la présidentielle à l’horizon, sa décision est à la fois très attendue et à très haut risque. Le conflit n’a que trop duré : il s’est enlisé et plus personne ne voit comment en sortir. La fenêtre de tir politique se restreint de jour en jour. À l’évidence, nous sommes à la veille d’un tournant décisif.

Beaucoup de citoyens (certains n’étaient pas nés lorsqu’il a commencé) ont une vision embrouillée du conflit. Des arguments techniques complexes de part et d’autre, des enjeux économique, écologique et sociétal qui s’opposent, une image de plus en plus négative des zadistes face à l’état de droit, des violences policières qui ont grièvement blessé de jeunes manifestants, des politiques qui s’invectivent ou qui s’observent… Il n’y a pas eu de mort comme à Sivens (et espérons qu’il n’y en ait pas !), toutefois le clivage laissera des traces douloureuses. voir la suite 

Le Mouvement commun

Le « nous » des causes communes où s’invente concrètement l’espérance, là où nous vivons, là où nous travaillons, dans tous ces lieux où nous faisons déjà route ensemble. Nos savoirs, nos infrastructures, nos richesses ainsi cumulés devraient, s’ils étaient bien utilisés et bien répartis, contribuer largement au bien-être de chacun. Les sciences et les connaissances mises au service de l’intérêt général sont en mesure de nous permettre de résoudre les immenses défis qui nous sont posés. Signez l'appel

Le sociologue Michel Wieviorka: « Nous vivons une période de ‘sale temps' »

Le sociologue Michel Wieviorka, président de la Fondation Maison des sciences de l’homme, décrit une « situation dangereuse ».

Comment définissez-vous la « lassitude française »?
C’est une forme de résignation. Une réponse passive. Quand ils sont mécontents, les individus ont trois solutions : exit, voice ou loyalty, en anglais*. Rester loyal, donner de la voix ou partir. Les Français disent aujourd’hui en nombre qu’ils sont ailleurs, qu’ils se dirigent vers la sortie. Certains physiquement.Des Juifs, pour ­Israël; de nombreux jeunes, pour vivre et travailler à l’étranger. Ceux qui restent se désintéressent d’une vie politiquequi leur semble s’organiser loin d’eux : le Président ou le Premier ministre lancent les débats, un jour c’est l’apartheid, un autre jour la déchéance de nationalité… Plus ou moins hors sol. La lassitude, c’est aussi le sentiment que le système que constituent les acteurs politiques et les grands médias est déphasé, à côté des attentes ou des demandes populaires.

Est-ce propre à la France?
Ce qui est propre à la France d’aujourd’hui, c’est la congélation du débat et l’absence de perspectives. Lire la suite

Pierre Rabhi veut donner la parole à ceux qui créent le changement
Pierre Rabhi, promeut l’agroécologie et notamment la pluriculture, le compostage ainsi que la recherche de complémentarité entre espèces. Il cherche à intégrer l’ensemble des paramètres de gestion écologique de l’espace cultivé tels qu’une meilleure utilisation de l’eau, la lutte contre l’érosion, la réintroduction des haies, le reboisement et la biodiversité. lire la suite 

Bastalmag " Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l'Etat et le marché "

Qu’y a-t-il de commun entre une coopérative, un potager partagé, un collectif de hackers ou une communauté autochtone gérant une forêt ? Tous « agissent et coopèrent avec leurs pairs, de manière auto-organisée, pour satisfaire leurs besoins essentiels », explique David Bollier. Ce chercheur états-unien et militant infatigable des biens communs nous invite à ne plus être des « créatures du marché », des consommateurs isolés sans autre pouvoir que de voter occasionnellement, mais à devenir plutôt des « commoneurs » : des acteurs d’un système de production, de relations sociales et de gouvernance alternatif au néolibéralisme. lire la suite

Comme je l’ai déjà plusieurs fois écrit, il vaut mieux du business vert que pas vert

Les dangers de la fracturation hydraulique (captage de gaz) « Démocratie & Entreprises

Dans le cadre du Triptyque Economique, le tiers « libéral » aurait un cahier des charges environnementales et sociales. Ce lien montre qu’il n’est pas impossible de trouver des entreprises qui accepteraient ces contraintes! lire la suite

Les travaux de la convivialité ont joyeusement commencé à la Zad de Notre-Dame-des-Landes

Samedi 30 et dimanche 31 janvier, plus d’un millier de personnes sont venues participer aux chantiers collectifs organisés sur la Zad. Une action festive et mobilisatrice, alors que le mouvement entend maintenir la pression dans les mois à venir. Lire la suite

Des biens communs sont à inventer pour permettre à la demande croissante des consommateurs d'une alimentation saine de concrétiser l'organisation d'une offre . Cette offre de biens communs se concrétise par un besoin de terres nourricières qui permettra aux cultures et religions différentes de la Planète de coopérer pour l'économie écologique alimentaire plutôt que tomber dans les conflits et les guerres . Cette coopération pour une économie réelle se fera avec les moyens numériques . lire la suite 

Informations complémentaires

Relocaliser l'économie alimentaire pour maitriser la production de déchets et notamment de plastique

La santé de l'être humain peut-elle participer à l'évolution  des biens communs? Thierry Janssen : notre approche de la santé

Saupoudrer quelques bonnes pratiques type yoga, méditation ou alimentation biologique sur notre vie quotidienne ne suffit pas à transformer en profondeur la relation au corps. Dans ce domaine, changer de paradigme à l’échelle individuelle nécessite d’accepter de nouvelles priorités. Cette évolution s’apparente davantage à un chemin spirituel qu’à l’application de recettes. Thierry Janssen en sait quelque chose lui qui, dans les années 1990, a bouleversé sa vie en tournant le dos à une brillante carrière de chirurgien pour se vouer aux médecines complémentaires et alternatives. Devenu psychothérapeute spécialisé dans l’accompagnement des malades atteints de pathologies somatiques, il nous livre son analyse et nous donne quelques clés pour trouver soi-même sa propre « solution intérieure[1] ». lire la suite 

Le plastique est partout : aujourd’hui la planète entière est polluée (par Robin McKie)

Les humains ont produit assez de plastique depuis la seconde Guerre Mondiale pour recouvrir toute la Terre de film alimentaire, c’est ce que révèle une étude internationale. Cette aptitude à recouvrir la planète de plastique est alarmante, expliquent les scientifiques — en ce qu’elle confirme l’impact pernicieux des activités humaines sur le monde. lire la suite

Mobilisation citoyenne contre TAFTA , contre l’exploration et l’exploitation des pétrole et gaz de schiste et de couche lire la page

Avec le nucléaire, les milliards valsent... Et les français trinquent

Chacun en a pris l'habitude, dans un projet nucléaire, il ne faut pas confondre le prix « avant » et le prix « après ». Ainsi, l'EPR de Flamanville a commencé à 3 milliards d'euros (2007), il en est à près de 10 milliards (2015) et n’est toujours pas fini...Le scénario se répète avec le projet d'enfouissement des déchets hautement radioactifs à vie longue à Bure : le projet Cigéo, programmé sur plus d'un siècle d'exploitation (140 ans!) et porté par l'ANDRA, futur exploitant. Pourtant, en 2013, il y a eu un débat public sur Cigéo. Enfin un débat public sans chiffrage du projet, donc un débat public que la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) aurait dû logiquement refuser... Malheureusement, les règles ne sont pas respectées quand il s’agit de nucléaire. Elle a donc accepté et le débat a tourné court. Décryptage de France Nature Environnement.

Alors, vous nous le faites à combien ? Lire la suite

A Colombes, la lutte d’une ferme urbaine contre un parking

Les défenseurs de l’Agrocité à Colombes (Hauts-de-Seine) sont en colère. Ils sont sommés par la justice de quitter les lieux alors que cette ferme urbaine est installée depuis cinq ans sur une ancienne friche. La nouvelle municipalité (Les Républicains) veut en faire un parking provisoire le temps des travaux de rénovation d’un ensemble d’immeubles mitoyens.

Samedi 6 février, dans une ambiance malgré tout chaleureuse, plus de 300 personnes, du quartier et au-delà, ont manifesté leur attachement à cette oasis de verdure qui, tranchant avec la couleur béton des tours environnantes, égaie le quartier populaire des Fossés Jean-Bouviers, au nord-est de la ville.  lire la suite 

Le Collectif pour une Transition Citoyenne

Le Collectif pour une Transition Citoyenne a élaboré un outil afin de mettre en place concrètement une dynamique positive en faveur de la Transition dans les collectivités.

Découvrez dans les pages suivantes :

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le mouvement de transition en France

Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en septembre 2006 dans la petite ville de Totnes. L’enseignant en permaculture Rob Hopkins (voir son blog, en anglais) avait créé le modèle de Transition avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande un an auparavant. Il y a aujourd’hui plus de 250 initiatives de Transition dans une quinzaine de pays (voir la liste officielle) réunies dans le réseau de Transition (Transition Network). Des initiatives s’organisent dans des communautés francophones en Europe et en Amérique du Nord. Vous pourrez découvrir certaines d’entre elles sur ce site. Elles adhèrent aux objectifs centraux du mouvement de Transiton. Lire la suite

Informations complémentaires

Demain en mains, le magazine de l'économie juste : un projet à soutenir ! lire la page 

Les réseaux coopératifs de biens communs de l'information: un chantier à mettre en place pour garantir et organiser une économie alimentaire locale  lire la page 

Mobilisation citoyenne contre le TAFTA, l’exploration et l’exploitation des pétrole et gaz de schiste et de couche lire la page

Nouveau projet communnautaire de Partage et du Savoir , Mise en relation et Prêt de livres.

Permaculture et Autonomie - Plus de 50 PDF

De nombreux Documents au Formats PDF circulent librement sur la toile. Pour y faciliter l’accès au plus grand nombre et promouvoir le partage de ces connaissances, nous avons décidé d’en réunir quelques uns sur cette page. Permaculture, Agro-Ecologie, Auto-Suffisance…  Nous remercions fortement leur auteurs pour le travail informatif et l’esprit de partage de la science qui les a mené à publier ces documents. Merci en plus à ceux qui les diffusent sur internet . lire la suite 

site internet montauban