Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

La pratique du lien social pour entreprendre coopérativement et durablement dans nos territoires.

Ou comment rechercher à donner du sens à l'argent et à l'économie ? 

La gigantesque pyramide d'Etat et son son collectif de millefeuille territorial. Comment ne pas se faire écraser par l'énorme et pesante masse ? Des circulations transversales de l'argent à construire pour élever le sens de l'argent et de l'économie par l'entreprise responsable. 

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle 2017, fractures sociales, dettes publiques mélanges des genres, chômage ont été effleurés sans aborder  la gouvernance de la réelle pratique  qui permettrait d'éviter ces problématiques à la source .

La pratique du lien social pour un circuit court de financement permet d'éviter le développement de la dette publique et des services publics qui s'éloignent des citoyens.

La pratique du lien social en favorisant la gratuité de l'information et de la mise en relation pour des réseaux économiques de biens communs évite la pyramide du collectivisme d'Etat et son millefeuille territorial qui ne cesse d'ajouter des couches de services sans rapprocher correctement les entreprises à la source même des compétences.

Pourquoi la pratique du lien social est indispensable à l'évolution de la société ?

La fracture sociale en se démultipliant entraîne fragilité économique, chômage et misère.

Le lien social ? Les élus politiques en parlent mais qu'en est-il de sa pratique au quotidien ?

Cette pratique favorise l'évolution d'une économie fraternelle , elle permet de trouver des solutions et de soutenir des projets durables pour transiter vers une économie et une consommation responsable.

Pour devenir responsable la liberté d'entreprendre ne peut se contenter d'obéir à un pouvoir confus dans ses incohérences , contraire aux consommateurs avertis et favorables aux créations d'emplois aidés à sa cause. 

La formation de groupes de réflexion sur les réseaux sociaux permet à la base des " sans grade " de prendre la parole et d'échanger leurs pratiques au quotidien et ainsi de s'investir dans un monde en pleines crises .La gouvernance démocratique comme l'idéal républicain : liberté-égalité -fraternité doivent devenir pratiques et s'appuyer sur la recherche globale des grands intérêts des consommateurs pour leur quotidien sans que des services d'aide et de conseils soient payés pour les former à ce qu'ils vivent déjà par nécessité économique. 

Comment les services publics pourront-ils évoluer si ils ne se questionnent pas eux-mêmes sur les conséquences de la dette publique en inter-activité avec leurs causes profondes ?  

L'intelligence réservée à une élite de référents qui se choisie elle-même pour diriger des projets ne manqueront pas coupés de la réalité économique pratique, de poursuivre la démultiplication de cette fracture. Le fait que la fracture sociale n'est pas abordée en priorité, comment un projet de territoire pourrait-il ne pas reproduire la continuité du processus ? Comment le terme de développement durable pourrait-il vidé de son sens  en ne plaçant pas l'être humain au centre de l'économie et de l'écologie avec sa capacité d'apporter des multiples solutions autres que l'élite de référence, nous conduire vers une transition évolutive de notre société ?

Dans un système capable de reproduire les mêmes erreurs , les échecs que l'on ne veut pas voir s'effacent compensés par le développement de la dette publique , le temps perdu à concevoir des rêves reproduisant comme une machine "le refaire du neuf avec du vieux "  ne pourra pas arrêter la fracture sociale à venir. En d'autres termes "les mêmes causes produiront les mêmes effets " .

La reconnaissance du travail juste des "sans grade"

Comment dans un système favorisant des carrières à vie compensées par un bévévolat à vie , la démocratie pourrait évoluer vers une économie libérée du collectivisme d'Etat : la fameuse usine à gaz , pyramide des couches institutionnelles qui ne cessent de se superposer en s'ajoutant les unes aux autres favorisant ces carrières qui prétendent savoir mettre en place ce qui est bien pour tous en oubliant ceux qui peuvent créer des emplois de biens communs?  Comment certains projets de territoires pourraient ne pas continuer à créer des dettes perpétuelles si des projets portés par des "sans grade" de la société civile ne trouvent pas la finance au développement d'une économie réelle de biens communs ?

Le chariot des grosses dépenses 

Comment rester  au sein d'une Communauté Européenne de pays si certains d'entre eux nous reprochent de mal gérer la dette publique de la Nation ?

Le bénévolat « sans limites » favorise les carrières à vie de ceux qui en profitent . Ces carrières d'une gouvernance figée prétendent combattre le chômage tout en le provoquant.

Le chômage est la conséquence d'une croissance d'un manque d'emplois , l'emploi est un travail rémunéré et le bénévolat ne peut le combattre.

La pratique du lien social s'appuyant sur le sens réel à donner à l'argent comme valeur d'échanges et non comme marchandise que l'on vend et que l'on achète, ne peut qu'appeler au danger d'une économie incapable de mettre en avant le financement de projets d'entreprises de biens communs.

Le bénévolat doit trouver ses limites pour soigner la société du chômage et innover dans des entreprises sociales, écologiques et économiques.

Le chômage baisse , les mini-jobs augmentent sur twitter 
 

Quel art pour quel argent ? 

Le musicien-compositeur L.W. Beethoven était sourd et très peu fortuné , cela ne l'a pas empêché de composer la 9ème symphonie et le célèbre « hymne à la joie » ( avec le concours de Schiller) devenu aujourd'hui  2 Siècles après sa mort l'hymne symbole fraternel de l'Europe.

Tout peut commencer par la musique et se prolonger par l'économie, car si L.W. Beethoven n'a jamais profité de son œuvre pour s'enrichir lui-même , combien de musiciens, de festivals dans le monde entier ont du travail et un revenu suite à sa créativité .

Espérons que les responsables politiques et les institutions qu'ils dirigent s'inspirent de cet exemple "servir d'abord leurs semblables" plutôt que "se servir avant  que le temps fasse son travail",  en prenant conscience que toute création comme toute graine a besoin de temps pour germer et grandir.

Pour éviter l'argent qui sert immédiatement la magie des intérêts obscurs,  le développement durable doit-il devenir éphémère ?

L'argent ne peut devenir un produit fini, un don qui tombe indéfiniment du ciel pour servir une classe de gouvernance minoritaire : noyau de carrières d'élites qui luttent contre le chômage en recherchant en permanence des bénévoles . En créant le travail sur la nature, l'entrepreneur innovant donne à l'argent son véritable sens garantissant à l'emploi (travail rémunéré ) son développement: la meilleure solution d'éviter le chômage. Favoriser le développement du bénévolat sans aucunes limites ne peut servir qu'un système à l'origine du mal économique alliant dette publique, chômage, mélanges des genre ( carrières coupées des compétences liées aux vocations humaines pour leur avenir en alimentant sans fin un système voué aux fractures sociales) .

Le bénévolat sans limites finit par désespérer les meilleures bonnes volontés qui ne manqueront pas de se retirer des systèmes reproduits : constatant l'utilisation de l'humain pour servir la misère . Lorsque l'être humain comprend que certains ateliers ne lui donneront jamais la liberté d'entreprendre lui-même dans la vie économique mais continueront à servir un système dans lequel il est utilisé , il pourra alors se diriger vers l'Economie A Valeurs Ajoutées Humaines .

Pour mieux aborder ces questions économiques consulter le site de l'économiste-philosophe Michel Laloux auteur des livres « Démocratie évolutive » et « Dépolluer l'économie » à ce lien 

Considérer l'argent comme une marchandise que l'on vend et que l'on achète confisque sa réelle utilité d'échange.

Qu’est-ce que vraiment l’argent ? Idées fausses sur l’argent. Argent comme instrument de mesure des valeurs économiques. L’argent n’est pas une marchandise. L’argent qui fait de l’argent, une tricherie qui engendre un mal social grave mais banal.

L'Économique, le Juridique, le Spirituel Pour un organisme social tri-articulé

En VoD : Première partie, “L’argent et l’économie” 

Le coffret contient les sept épisodes de la série et les annexes dans un pack de 4 DVD doubles couches ( pour se procurer le coffret cliquer ici

Qu’est-ce qu’un acte économique ? Importance de reconnaître que l’Economie est, par nature, fraternelle.

Le juste prix lié aux besoins du producteur. Le travail n’est pas une marchandise, seul le “résultat” l’est. Le travail en tant que tel n’appartient pas au domaine économique mais au domaine juridique, seul le résultat du travail appartient au domaine économique. Salariat, dernier bastion de l’antique esclavage. (voir la suite)

L'association Lien en Pays d'OC offre gratuitement ( sur demande) la projection de films à toutes personnes ou groupes de personnes qui souhaiteraient approfondir L'Économique, le Juridique, le Spirituel Pour un organisme social tri-articulé

Les projets de développement durable trouveront leurs véritables sens lorsque la mise en pratique réelle d'un financement commun trouvera son accord avec le sens des mots , ce qui est loin d'être le cas avec les distributions de l'argent publique pour d'autres opportunités coûteuses contraires . Avec "l'appelation d'éphémères" contraire au développement durable les financements pour la transition sociale-écologique et économique ne sont pas justifiés. Le nouveau bien commun inter-actif que nous devrons construire ensemble en gouvernance responsable d'entrepreneurs coopératifs pour les générations futures doit éviter de  payer  la contradiction qui alimente fausses idées et manipulations. 

Rappelons les grands principes du développement durable :

Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs », citation de Mme Gro Harlem Brundtland, Premier Ministre norvégien (1987).
En 1992, le Sommet de la Terre à Rio, tenu sous l'égide des Nations unies, officialise la notion de développement durable et celle des trois piliers (économie/écologie/social) : un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.
 
Suite

En évitant de répéter les mêmes causes produisant les mêmes effets que l'on cache par des acrobaties comptables, la consommation responsable sera en mesure de créer les emplois

Quand les citoyens gèrent l’argent de leur député, la transparence avance

Pour répartir les 130.000 euros de leur réserve parlementaire, des députés et sénateurs font appel à des citoyens de leur circonscription. Ce mode de fonctionnement transparent est au programme de plusieurs candidats aux législatives.

Même si la loi a évolué — depuis 2013, les parlementaires doivent rendre publics les destinataires de leurs subventions —, la distribution de l’enveloppe se fait à la discrétion de l’élu, qui n’a de comptes à rendre à personne. ( lire la suite

Agriculture bio : la consommation explose... et l'emploi aussi !

Si l’agriculture traditionnelle est en crise, l’agriculture biologique, elle, se porte à merveille. À vrai dire, elle est même en plein boom et s’ancre définitivement dans le paysage français. Tant mieux car, comme le révèle la dernière enquête publiée par l’Agence Bio, ce secteur est en train de créer des emplois par milliers et se révèle être une formidable opportunité économique pour la France. Tous les détails.

Spéculateurs de la faim:comment les denrées alimentaires sont devenues des produits financiers 

Sur un ton compassionnel, la famine est généralement présentée par les médias et les institutions internationales comme un phénomène naturel, irrémédiable, contre lequel la « communauté internationale » investit tous les moyens en son pouvoir. Cette narration ne permet que rarement d’aborder les éléments pouvant expliquer réellement pourquoi, à l’ère de la circulation accélérée des individus, des informations, des ressources et des biens de consommation, des millions d’êtres humains sont décimés par la faim et la soif. Le rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, le soulignait dans un entretien pour le quotidien espagnol El Pais : « La faim est un problème politique. C’est une question de justice sociale et de politiques de redistribution  » . ( lire la suite

Lien en Pays d'OC est une association entièrement financée par des citoyens responsables sans argent de subventions publiques elle permet de favoriser l'information et la mise en contact pour le développement de l'emploi par la demande de la consommation responsable.

Par la pratique du lien social entre consommateurs, producteurs et de nouvelles formes de distributions à innover, ce noyau associatif permet d'ouvrir à l'inter-associatif le constructif durable évitant l'amalgame entre intérêt personnel ou (de micro groupes d'intérêts carriéristes) et les intérêts collectifs . Les intérêts collectifs pour les années à venir doivent répondre au développement économique durable par la responsabilité de la consommation  de qualité.

Cette initiative inter-associative de la société civile est indispensable pour la réalisation  du  projet du Plan d'Equilibre Territorial Rural et son développement durable entre élus , collectivités locales entreprises et associations faisant émerger des entreprises innovantes ( qualité alimentaire, énergie renouvelable...)

Parmi ces entreprises : un besoin de financement est nécessaire, c'est le temps à passer actuellement pour rechercher à combler les fractures existant dans le monde de l'investissement entre les projets sans certitudes de se réaliser s'appuyant sur de fausses idées et ceux qui ne peuvent pas commencer par manque de vision globale de gouvernance entrepreneuriale démocratique juste de territoire.

Le changement climatique doit être pris en compte dans les jardins qu'ils soient expérimentaux ou marchands, il est indispensable que toutes les bonnes volontés ( y compris amatrices) puissent apporter leurs initiatives dans la qualité alimentaire démocratique et économique.Le chaos de civilisation découlant du changement climatique ne peut oublier la recherche à réadapter aux  plantes car beaucoup d'entre elles seront aussi touchées par la crise écologique. 

Un projet doit être porté par les concepteurs de l'idée qui resteront maîtres des structures correspondantes à mettre en œuvre , car les idées volées par ceux qui répétent les mêmes causes produisant les mêmes effets ne feront que répéter les mêmes erreurs tous les problèmes sociaux , écologiques et économiques qui sont étroitement liés. 

Schéma récapitulatif des actions à mener pour la construction d'une plate-forme coopérative avec sites multi-boutiques lire la suite 

Passer du concept antique de la pyramide finie à la vision ouverte au  monde de l'infini de la pensée . 

 

Informations complémentaires

Quel avenir pour nos services publics? | Mediapart

Quel avenir pour nos services publics? ... Mediapart a réuni des agents et des élus qui se mobilisent pour réduire le fossé avec les usagers et des ...suite 

Quel avenir pour les services publics - millenaire3.com

Accueil> Modes d'action> Quel avenir pour les services publics ? Quel ... assurée ou assumée par une personne publique, ... se cachent des réalités multiples qui ...suite 

Notion de service public

La notion de service public constitue l'un des bases du droit administratif. Si l’on pense généralement qu’il s’agit de l’ensemble des activités de l’administration, la définition est quelque peu plus complexe.

Définition

On peut définir le service public dans un sens organique ou dans un sens matériel.

  • Au sens organique, le service public est une organisation formée d’agents et de moyens matériels destinée à accomplir certaines dispositions, au sein d’une Administration (ex: le service de la santé).

  • Au sens matériel du terme, le service public est un organisme à vocation générale ; si certains services publics poursuivent un objectif de rentabilité, ils doivent avant tout avoir pour objet d'effectuer une « mission de service public ». Le but premier est donc de satisfaire l’intérêt général. Le service public se justifie seulement par cet objectif, difficile à déterminer car variable dans le temps et dans l’espace (comme le rappelait le Conseil Constitutionnel dans sa décision du 26 juin 1986).

Le service public peut donc exister par l’intermédiaire d’une personne publique qui prend en charge les moyens nécessaires pour garantir la mission d’intérêt général ; mais l’intermédiaire peut également être un organisme privé. lire la suite 

Les Princes de Patrick Boucheron "Il faut que les puissants aient peur de quelque chose, sinon il n’y aura pas de limite à la domination."

Il est l'historien et le Professeur au Collège de France le plus machiavélien de tous les temps ! Patrick Boucheron est l'invité d'Augustin Trapenard.

Il lui consacrait, l’été dernier, une chronique sur cette antenne, dont les retranscriptions viennent de sortir en librairie. Machiavel dont la figure ne cesse, depuis cinq siècles, d’inquiéter, d’interroger, et de décrire le présent.

Il participera les 9, 10 et 11 juin, à Nantes, au Festival Nous autres. Tout un programme.

Extrait de l'émission

"Il faut que les puissants aient peur de quelque chose, sinon il n’y aura pas de limite à la domination." #PatrickBoucheron#Machiavel

Ecouter l'émission

"Des Clics de conscience" : le film qui questionne notre démocratie

Le 4 juin 2015, Jonathan Attias et Alexandre Lumbroso, les deux réalisateurs du documentaire, ont lancé une pétition baptisée #YesWeGraine. Objectif : obtenir la libre utilisation des semences paysannes.

En deux semaines à peine, le texte avait déjà recueilli 20 000 signatures. Mais que faire de tout ça, surtout dans un pays (la France) où les pétitions n’ont pas la moindre valeur juridique ? C’est toute la question que pose ce film. Une aventure authentique, précieuse, joyeuse et particulièrement emblématique…( lire la suite

Pour une agriculture vivante !

Les populations d’oiseaux présentes dans les paysages agricoles européens ont été réduites de plus de moitié depuis 1980 ! Ensemble, faisons revenir l’alouette dans les champs.

Emblématique du déclin des oiseaux communs en milieux agricoles, l’Alouette des champs a vu ses effectifs diminuer de 20% en moins de 15 ans en France. De « Préoccupation mineure », l’espèce est désormais classée dans la catégorie « Quasi menacée ».

Des pans entiers de notre patrimoine naturel le plus commun, celui de nos campagnes, s’effondrent tel un mur en pierres sèches sous les coups de boutoirs d’une agriculture industrialisée. Non seulement le système actuel met à mal l’équilibre environnemental et la santé des consommateurs que nous sommes, mais il ne profite même pas aux exploitants eux-mêmes. C’est du perdant-perdant. Il nous faut créer les conditions d’un enrichissement mutuel afin qu’agriculture et nature s’inscrivent dans un système gagnant-gagnant ! lire la suite 

Tous contribuables! 

site internet montauban