Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Réunir par la politique du pouvoir d'en haut ou par la consommation qualitative d'en bas ?

22 ans après le thème de campagne du candidat Jacques Chirac à l'élection présidentielle  la fracture sociale s'est démultipliée entraînant la misère , le nouveau président de la Vème République Emmanuel Macron prétend avoir le pouvoir avec son projet de rassembler , de réunir ces fractures.  Sans entendre les associations qui oeuvrent pour activer le lien social son projet  ne tombera-t-il pas en panne? 

« La société tend à s’organiser comme un cerveau »

Plus qu’une troisième révolution industrielle ou qu’une crise écologique, l’époque que nous vivons est peut-être celle d’une métamorphose de l’humanité elle-même. ( lire la suite

Les neurones peuvent se connecter selon deux choix:

- la Révolution et le combat ( qui ont déjà eu lieu )  lire la suite 

- l'Evolution de l'économie sociale et écologique qui se construit tous les jours de sa base ( lire la suite

Révolution notre combat plus que de la poudre à perlinpinpin une douloureuse illusion à venir ?

Le projet d'Emmanuel Macron propose une ouverture à la Société Civile

Cette ouverture permettra-t-elle aux grosses machines associatives subventionnées de rentrer dans la cour des grands ? Leurs dirigeants vous expliqueront qu'il  faut bien payer des salaires sans imaginer que de nombreux emplois pourraient être créer à partir d'une qualité alimentaire économique et démocratique portée par de nombreuses micro-entreprises.

Puisque nous mangeons tous, notre intérêt individuel et collectif se rejoignent dans une alimentation nourrissante économique et démocratique : cette dynamique se situe au-dessus de tous les partis politiques et autres pouvoirs,  elle intéresse les abstentionnistes comme  ceux qui votent blanc. 

Pourquoi le système dominant est-il capable , depuis tant d'années et malgré toutes les oppositions de continuer à se développer ?

« Le pire n'est pas toujours sûr. Paul Claudel  »

Ce sont les petites associations qui s'autofinancent par elles mêmes dans la mise en relation ( le lien social pratique) qui seront capables en se regroupant autour de la création d'une fondation de financer des projets économiques de qualité alimentaire et d'emplois durables . La dette publique se partage même si les projets ne sont pas de biens communs pour les générations futures .  De nombreux jeunes sont en recherche de finance pour leurs micro-entreprises. 

Les opposants aux banques et aux finances ne sont-ils pas le plus souvent les premiers à vouloir bénéficier du système qu'ils combattent ? Nous le constatons bien souvent par les demandes de subventions à la CE . La question : faut-il sortir de l'Europe ou chercher d'autres sources de finacement que ceux que proposent la CE? 

Dans des réunions de projets communs d'espace de mise en relation des personnes viennent avec une pointe d'Ego s'opposer par manque de connaissance à la gestion des réseaux d'Economie Sociale et Solidaire. Des biens communs de communication sont pourtant indispensables à construire avec l'outil numérique dans la désertification de la vie économique citoyenne inorganisée face au pouvoir d'une mondialisation de la finance continuant son invasion.

Les structures publiques prétendent vouloir combattre le chômage longue durée avec des pratiques contraires ( bénévolat) au problème puisque l'emploi ( travail rémunéré ) est la seule façon de transformer le chômage par une économie à valeurs ajoutées humaines .

L'économie à valeurs ajoutées humaines part du principe que tout travail mérite un revenu.  

Voir  Économie à Valeurs Ajoutées Humaines

 Une nouvelle approche de l'économie qui a pour but de:

  • Permettre à l'économie de se développer sans recours à l'économie virtuelle.

  • Résoudre la croix de l'économie, c'est-à-dire sortir la monnaie, le capital, l'immobilier et le travail de la sphère des marchandises.

  • Développer les outils permettant que seules les valeurs ajoutées par les facultés humaines interviennent dans la sphère de l'économie. ( lire la suite

Formation professionnelle qualifiante intégrant le travail à élaborer une économie saine, régie par les rapports fraternels entre producteurs, consommateurs, distributeurs…

Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole (BPREA)
Spécialité : « polyculture-élevage » adapté à l’agriculture biodynamique

Historique

Cette formation a vu le jour en 1990. Elle est née de la volonté d’agriculteurs en biodynamie de procurer à des jeunes (souvent issus de milieu non agricole) un cadre pédagogique et diplômant pour approfondir leur apprentissage du métier de paysan.

Les objectifs

  • Acquérir la capacité professionnelle agricole pour l’installation.

  • Acquérir l’aptitude et la capacité professionnelle d’être agriculteur en biodynamie.

  • Développer une méthode de connaissance du vivant.

  • Acquérir le savoir et savoir faire d’une agriculture à l’écoute de son environnement, tant terrestre que cosmique.

  • Apprendre à produire une alimentation capable de répondre à tous les besoins de l’homme.

  • Travailler à élaborer une économie saine, régie par les rapports fraternels entre producteurs, consommateurs, distributeurs…(voir la suite )

Des institutions publiques se plaignent de ne pas recevoir assez de finances sans chercher à optimiser au maximum l'argent public pour les besoins essentiels et les structures prioritaires . Les gestionnaires de cette manne n'ayant pas eu de formation sur la question essentielle morale de l'argent contribueront au développement de la dette publique .

Considérer l'argent comme une marchandise que l'on vend et que l'on achète confisque sa réelle utilité d'échange. Comment la publicité des grands lobbies industriels qui s'inscrit dans la répétition spéculative pourrait ne pas donner à la qualité alimentaire une valeur stérile si l'échange n'est plus pris en compte ?  En illusionnant les consommateurs sur une qualité alimentaire stérile , ces derniers ne sont plus maîtres de leurs choix.(  Lire la suite)  

Ceux d'en haut sans ceux d'en bas ne peuvent seuls porter une transformation de l'économie sociale et écologique 

Une économie libérée des pouvoirs d'en haut soumis aux finances mondialisées s'organisera de sa base, une Fondation pour une qualité alimentaire économique et démocratique se créera au-delà des partis politiques .

Ces acteurs de la filière alimentaire de qualité  : agriculteurs-paysans, cuisiniers, distributeurs, médecins holistiques , mutuelles en prévention économique des frais maladie, devraient être capables de s'entendre pour former une fondation afin de gérer par eux-mêmes la vie économique et les structures à créer pour répondre à la demande des consommateurs responsables .

Ces structures sont nombreuses et la finance n'est pas le mal si elle sert l'être humain, elle le devient si elle reste soumise au pouvoir des Etats qui ne remettent pas en cause leurs devoirs vis à vis du peuple et de la vie économique réelle . Le devoir de l'Etat est celui de réguler l'économie entre la production mondiale et la prodution locale, en se libérant des subventions soumises aux intérêts des lobbies internationaux, les citoyens s'accorderont entre eux à partir de la qualité alimentaire économique et démocratique locale capable de créer de nouveaux emplois.

Si l'économie transversale citoyenne reste inorganisée , les pouvoirs financiers dirigeant les Etats prendront d'en haut de la pyramide verticale s'empareront de ce vide en confondant l'économie produisant des machines et l'économie au service des organismes vivants : la nourriture .

 La qualité alimentaire est un thème qui nous mobilise au quotidien car nous mangeons tous et comme nous ne sommes pas des réservoirs d'automobiles ou autres moyens de locomotion avec les besoins d'être  remplis ; la nourriture devient bien plus qu'un carburant, car elle est en recherche permanente d'une nouvelle culture citoyenne associant  l'être humain et la société en devenir. 

En vérité la qualité alimentaire demande une filière portée par des acteurs citoyens de la vie économique et démocratique transversale de la semence jusqu'à l'assiette libérée des pouvoirs d'en haut. L'économie démocratique alimentaire doit appartenir aux citoyens au-delà des pouvoirs des partis politiques et des chefs d'Etats car elle ne dissocie pas : social-écologie et économie et ainsi agit directement sur le réchauffement climatique n'ayant pas les moyens de financer les trajets inutiles pour des réunions qui ne finissent jamais en répètant de vieilles solutions pour un neuf à venir qui s'éloignent des problèmes humains d'aujourd'hui.

Réchauffement climatique : faut-il compter sur les Etats ?

Alors que les experts du climat se réunissent à Bonn pour préparer la COP23, faut-il revoir le format de la lutte globale contre le réchauffement ? Les villes, les ONG, la société civile, doivent-ils et peuvent-ils prendre la place des Etats ? ( lire la suite

Informations complémentaires

Résultats de la présidentielle : 1 Français sur 3 n’a pas voté !

Résultats définitifs du second tour : avec 66,1% des suffrages exprimés, Emmanuel Macron remporte haut la main l’élection. Mais 1 Français sur 3 n’a pas participé au vote. ( lire la suite

Et maintenant ?

Par Alain Caillé, Professeur émérite de sociologie à l'université Paris X, Nanterre-La Défense, directeur de la revue «Mauss»

Déjà au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle on comprenait bien les raisons pour lesquelles l’offre politique proposée à nos suffrages, celle des gagnants comme celle des perdants, s’avérait dramatiquement insuffisante. Cette incapacité des programmes politiques à identifier les défis cruciaux de notre temps et à y proposer des remèdes plausibles n’est bien sûr pas propre uniquement à la France. Lire la suite 

 

site internet montauban