Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Travaux du jardin : chaleur et manque d'eau au jardin

 

Travaux du jardin : chaleur et manque d'eau au jardin

Ce que les commentateurs météo appellent le beau temps estival n'est pas toujours si beau pour les jardins qui souffrent des excès de chaleur et de manque d'eau. Comme prévu par notre Calendrier des semis biodynamique, la seconde moitié du mois de juin et la première quinzaine de juillet ont apporté de fortes températures et une relative sécheresse, tout du moins pour les endroits ayant échappé aux orages.

Que faire pour soulager les plantes en souffrance ? De façon préventive, rappelons qu'un sol "vivant", riche en humus, sera toujours plus résistant à la sécheresse qu'un sol "mort", minéralisé. 

Et, pour maintenir la vie du sol sous de fortes chaleurs, la première mesure à prendre reste le paillage !

Couvrir le sol avec de la paille, du foin, des résidus végétaux... s'avère primordial pour retenir l'humidité du sol et le protéger de l'ardeur du soleil. Autre vertu : le paillage protègera votre sol des impacts des grosses gouttes des averses orageuses.

Ceci est particulièrement important pour les sols limoneux qui ont une tendance à former une "croute de battance", c'est à dire à se fermer / se "bétonner" totalement après les averses ou les arrosages trop violents. Or la bonne santé du sol provient en grande partie de la relation qu'il peut entretenir avec l'atmosphère. Un sol qui n'accueille plus la lumière, la chaleur et l'humidité de l'air ne peut développer sa fertilité.
Si certains endroits ne peuvent pas être paillés,
le binage, surtout en soirée, peut aider le sol à recevoir l'humidité de la nuit et du petit matin.
Lorsque les arrosages s'avèrent inévitables, mieux vaut apporter une grande quantité d'eau d'un seul coup mais peu fréquemment, que de petites quantités régulièrement. L'eau pourra ainsi s'infiltrer en profondeur et incitera la croissance verticale des racines.

Du côté des végétaux eux-mêmes, le "traitement" à l'aide de certaines tisanes de plantes s'avère efficace pour soulager les légumes des effets de la sécheresse et des températures extrêmes. Il s'agit en particulier des tisanes de camomille et d'achillée millefeuille. En pratique, on utilise entre 10 et 50 g de fleurs séchées ou environ 100g de fleurs fraiches que l'on plonge dans 3l à 5l d'eau frémissante. On laisse ensuite refroidir puis on filtre et on dilue au dixième avant de pulvériser au jardin. Dans les cas difficiles, si les végétaux présentent des signes de brûlures, on peut ajouter des fleurs de millepertuis dans ces tisanes.

Plus original encore, l'utilisation de l'aloe vera : ouvrir une feuille entière et gratter immédiatement le mucilage dans 3 l d’eau additionnée d’un ½ jus de citron (ne pas mettre la feuille dans l’eau, elle contient une substance assez toxique pour les plantes) laisser macérer 24 h à l’obscurité, filtrer et dynamiser avant de pulvériser sur les plantes. (Indications tirées de l'article de Jacques Fourès dans Biodynamis n°99).

Le site du MABD fait peau neuve !

Un nouveau graphisme, une navigation facile, et de nombreux articles accessibles à tous, jardiniers ou professionnels.

Retrouvez toute l'actualité du MABD : publications, formations, conseils...

www.bio-dynamie.org

Egalement sur le site, notre nouvelle boutique en ligne de livres et produits du jardin.

Nouveau ! Pour les jardiniers uniquement, vous pouvez commander les produits du jardin en ligne (préparations biodynamiques, minéraux, etc.).

Pour les professionnels, il n'y a pas de possibilté d'acheter en ligne les préparations et autres produits, mais vous pouvez utiliser comme d'habitude le bon de commande qui se trouve ici.

Congés d'été : il n'y aura pas d'expédition de commandes du 1er au 19 août inclus, vous pouvez néanmoins passer vos commandes, celles-ci seront prises en compte. Les expéditions reprendront à partir du 20 août 2018.

COMMUNIQUÉ : L’agriculture biodynamique, une synthèse scientifique

 

Le développement important de la biodynamie en France (+20 % par an, source : www.demeter.fr/demeter-vent-poupe) suscite un intérêt croissant pour cette méthode de production agricole de la part des agriculteurs, des jardiniers, ainsi que des médias et du monde de la recherche.

La question qui revient souvent est la suivante : la biodynamie est-elle scientifique ? Ses effets ont-ils été prouvés au-delà des dires des praticiens ? Ou bien tout cela n’est-il que fumisterie ?

Nous pouvons parfois lire qu’il n’existe aucunes preuves scientifiques des effets de la biodynamie, et que les biodynamistes refusent la méthode expérimentale. De même, l’origine anthroposophique de la biodynamie, en lien avec son fondateur Rudolf Steiner, est souvent grossièrement caricaturée. Un certain recul semble nécessaire pour appréhende une pensée qui souhaite dépasser le matérialisme, et comprendre le monde dans une perspective plus complexe, comme le fait par exemple Jean Foyer (CNRS) dans son dernier article « syncrétisme des savoirs dans la viticulture biodynamique. Incorporation dans l’expérience et le sensible et trajectoire initiatique », Revue d’anthropologie des connaissances 2018/2 Vol. 12, N°2.

S’il est clair que les fondements de la biodynamie sont basés sur une démarche de connaissance ésotérique (voir le Cours aux Agriculteurs de R. Steiner), c’est-à-dire qu’ils ne proviennent pas d’une démarche expérimentale mais intuitive – et cette démarche est assumée et amplement justifiée par R. Steiner – les méthodes qui en découlent peuvent tout à fait faire l’objet d’études selon la méthode scientifique, et aboutir à des publications reconnues par la communauté. L’expérimentation, la vérification et l’amélioration des pratiques ont toujours fait partie des préoccupations du mouvement biodynamique au sens large.

Nous sommes conscients qu’il manque d’études disponibles en langue française, et que la communauté scientifique francophone a peu traité le sujet jusqu’à présent. Afin de combler cette lacune, le Mouvement de l’Agriculture Biodynamique (MABD) et l’association Les Amis de la Biodynamie mettent à disposition du lecteur la traduction d’une synthèse scientifique sur l’agriculture biodynamique. Cette synthèse actualisée est la plus complète et la plus sérieuse disponible à ce jour à notre connaissance.

Cet article est basé sur la recherche des mots-clés "biodynamic/biologisch-dynamisch" et s'appuie sur les publications scientifiques expertisées (peer review) à partir de 2006. Y sont également compris des thèses et des contributions lors des congrès scientifiques sur l'agriculture biologique depuis 2007 ainsi que des publications dans des médias spécialisés pour praticiens ainsi que des publications issues de la base de donnée Organic ePrint.org.

 
Lire le texte en pièce jointe ou en suivant ce lien

Martin QUANTIN
Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique
5, place de la Gare - 68000 COLMAR
Tel : 03.89.24.13.36
Fax : 03.89.24.27.41
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
_body" target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
web : www.bio-dynamie.org