Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

D'un côté des accords secrets et flous avec TAFTA pour les intérêts éternels des lobies transnationaux et de l'autre : un mouvement international de la société civile mise à l'écart . Ce mouvement compte bien faire évoluer le droit international face au développement des problèmes liés au pouvoir imposé à la production et à la consommation par ces lobbies et les conséquences désastreuses sur la planète : guerres, famines, pollutions, grands projets inutiles,développement de la dette publique, faillites des entreprises et départements, postes supprimés dans les services publics , chômage......

carteoccitane100

Déclaration pour la Liberté des Semences

1 Les Semences sont à la source de la vie, elles sont l’aspiration profonde de la vie à s’exprimer, à se renouveler, à se multiplier, à évoluer en perpétuelle liberté.
2 Les Semences sont l’incarnation de la diversité bio-culturelle. Elles contiennent des millions d’années d’évolution biologique et culturelle, et le potentiel de millénaires de développement.
3 La Liberté des Semences est le droit d’exister de chaque forme de vie, et la base de la protection de la biodiversité.
4 La Liberté des Semences est le droit d’exister de chaque agriculteur et de chaque producteur. La liberté des agriculteurs de conserver, d’échanger, de faire évoluer, de cultiver, de vendre leur graines est au cœur de la liberté des semences. Quand cette liberté leur est ôtée, les cultivateurs se retrouvent piégés dans une spirale de l’endettement qui, dans certains cas extrêmes, les mène au suicide.
5 La Liberté des Semences est la base de la liberté de l’alimentation, étant donné qu’elle est le premier maillon de la chaîne de l’alimentation.
6 La Liberté des Semences est menacée par les brevets qui génèrent des monopoles sur les graines et rend illégal l’échange et la conservation de celles-ci par les agriculteurs. Les brevets sur les semences sont moralement et écologiquement injustifiés car les brevets sont des droits exclusifs sur les innovations. Une graine n’est pas une invention, la vie n’est pas une invention.
7 La Liberté des Semences de cultures diverses est menacée par la bio-piraterie et le dépôt sous brevets du savoir indigène et de la bio-diversité. La bio-piraterie n’est pas une innovation, c’est du vol.
8 La Liberté des Semences est menacée par l’ingénierie génétique de graines qui contaminent nos fermes, mettant ainsi fin à la possibilité d’une alimentation non génétiquement modifiée pour tous.
9 La Liberté des Semences est menacée par la transformation délibérée des graines, faisant d’une ressource auto-génératrice un produit breveté. Le cas le plus extrême de graine non renouvelable étant la technologie dite Terminator Technology développée dans le but de créer des graines stériles.
10 Nous nous engageons à défendre la Liberté des Semences ainsi que la liberté d’évoluer pour différentes espèces ; et la liberté pour les communautés humaines de revendiquer que les graines libres de droits soient bien commun.

A cette fin, nous conserverons des graines.
Nous créerons des banques de graines communautaires.
Nous ne reconnaîtrons aucune loi qui fasse illégitimement d’une graine la propriété d’une société.
Nous ferons cesser les brevets sur les semences.

Vandana Shiva
Signez la déclaration ici 

Lutter contre l’appropriation des semences

Face à ces formes d’appropriation du vivant par la propriété intellectuelle, il existe tout un mouvement qui se bat pour que les semences demeurent « libres ». Des producteurs indépendants comme le Réseau Semences paysannes, Kokopelli ou Semailles préservent des variétés anciennes ou rares de graines, afin de favoriser la biodiversité. Mais le contexte juridique dans lequel ils oeuvrent est difficile, comme l’explique très bien cet article du site Ecoconso :

Depuis plusieurs décennies, il est obligatoire qu’une semence soit inscrite dans un catalogue officiel – européen ou national – avant d’être mise sur le marché. Lire la suite  

Semences: les gardiens de la biodiversité

L’agriculture mondiale dépend essentiellement aujourd’hui de cinq multinationales de l’agrochimie, qui s'enrichissent en obligeant les paysans à utiliser les semences qu'elles ont sélectionnées. Ce documentaire raconte le combat de petits exploitants, chercheurs et citoyens européens qui se mobilisent contre ce monopole et luttent pour préserver la biodiversité. voir la vidéo 

La semence dans tous ses états

Film réalisé par Christophe Guyon, en soutien à l'association Kokopelli et avec la participation de Pierre Rabhi.

Dans "La Semence dans tous ses états" retrouvez Jocelyn Moulin de l'association Kokopelli, Pierre Rabhi, le docteur en biologie Christian Vélot professeur de génétique moléculaire à l'Université Paris-Sud 11 et l'avocate de Kokopelli Blanche Magarinos-Rey.    voir la suite 

Une formation en culture de semences

Le projet Cycle en Terre de production de « semences qui ont du sens », biologiques, et locales, (voir ce précédent article de Greenpaper) poursuit son petit bonhomme de chemin. Non seulement les semences produites par Fanny Lebrun se retrouvent désormais dans une multitude de points de vente, mais la belle et généreuse semencière, toujours désireuse de partager savoir et savoir-faire, propose cette année une formation!

Sur 4 jours répartis d’avril à octobre, les personnes désireuses de se lancer sur la voie de l’autonomie semencière pourront acquérir les informations théoriques et apprendre les gestes pratiques nécessaires à la production des semences, du semis à la conservation, en passant par les repiquages, tuteurages, sélections, nettoyages…

La formation coûte 50 euros par jour et par personne, et aura lieu, selon les jours, à Strée et Les Avins. Les informations pratiques détaillées se trouvent sur le site de Cycle en Terre. lire la suite 

Le Secrétaire général des Nations Unies appelle à de nouveaux mécanismes intégrés pour réaliser un développement durable fondé sur la justice sociale

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, observée le 20 février:

La Journée mondiale de la justice sociale met en évidence la nécessité impérative de construire pour chacun un avenir de dignité.

Guidée par le Programme de développement durable à l’horizon 2030, le Programme d’action d’Addis-Abeba et l’Accord de Paris sur les changements climatiques, la communauté internationale s’est engagée à éliminer la pauvreté d’ici à 2030 grâce à des politiques sociales, économiques et environnementales efficaces et intégrées.

Ces bases essentielles pour la réalisation d’un monde meilleur sont des outils précieux et définissent avec puissance la voie à suivre pour répondre aux besoins de la génération actuelle sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Lire la suite

Empêchez les multinationales de nous bâillonner

Pétition:
Dites non aux multinationales qui veulent pouvoir poursuivre les États en justice dans des tribunaux spéciaux, que ceux-ci s'appellent ISDS ou ICS. N'incluez pas cette disposition dans les accords TAFTA ou AECG avec les États-Unis, le Canada ou aucun autre État européen. Ni maintenant, ni jamais. lire la suite 

Quelle gouvernance pour les biens communs ?

Les lois n'ont jamais été écrites pour protéger l'eau, l'air, ou les sols, mais pour protéger la propriété. Et si ça changeait ?

Avec : Valérie Cabanès, juriste, porte-parole de l'Association "End Ecocide On Earth" écouter l'émission

De l'union de la société civile naît un tribunal international contre le colosse des biotechnologies .

Après les maintes controverses autour de ses OGM et de sa stratégie impérialiste, la firme américaine Monsanto est encore une fois sous le feu des projecteurs !
Elle est invitée du 12 au 16 octobre 2016 à La Haye (Pays-Bas) à venir se défendre devant un tribunal contre de multiples chefs d’accusation. En effet, un collectif international de juristes, d’ONG, de mouvements citoyens et de personnalités (constitué en un comité de 24 personnes et 21 associations) souhaite poursuivre en justice la multinationale, accusée « de polluer l’eau, les sols ou l’air, d’accélérer l’extinction de la biodiversité et la progression de ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle l’« épidémie de maladies chroniques évitables » (cancers, maladies d’Alzheimer ou de Parkinson…) ou encore de menacer la souveraineté alimentaire des peuples, par le jeu des brevets sur les semences et de la privatisation du vivant »(Libération). lire la suite

Pesticides : des ONG portent plainte contre Monsanto et l'Europe

Alors que la Commission européenne s’apprête à renouveler pour 15 ans l’autorisation du principal composant du désherbant Roundup, un collectif d'ONG porte plainte contre l'entreprise qui le produit, Monsanto, et l'Autorité européenne de sécurité des aliments. Lire la suite 

Les pirates des semences veulent privatiser le vivant

Les biotechniques dites d’« édition de gènes » doivent-elles être soumises à la réglementation sur les OGM ? La bataille pour le déterminer a déjà commencé auprès des gouvernements et des institutions supranationales. L’enjeu est capital, expliquent les auteurs de cette tribune, car la bio-industrie entend régner sans entrave sur les semences.lire la suite 

Foutez la paix aux petits agriculteurs ! " avec Isabelle Saporta

Maximilien Rouer pour "Les agriculteurs à la reconquête du monde" (Ed. JC Lattès)

A l'heure où l'agriculture française est en perte de vitesse sur le marché national et européen, Maximilien Rouer, expert en stratégies agricoles, et Hubert Garaud, président de la coopérative Terrena, nous expliquent comment la révolution du monde agricole est désormais possible, et en quoi cette dernière va même nous sauver ! écouter l'émission 

Catherine, la paysanne « rebelle » qui vend ses semences illégales

Une véritable « guerre des graines » semble s’être enclenchée en réaction à l’accaparement du patrimoine agricole par des groupes industriels, avec l’aval des autorités. Cette résistance s’observe à travers les cas symboliques d’individus issus de l’agriculture paysanne, de l’agroforesterie ou encore de la permaculture. Rencontre avec Catherine, responsable du groupe Semailles, qui persiste à vendre ses fameuses « graines interdites » !

Les semences constituent certainement la richesse la plus essentielle de la culture paysanne. Pendant des millénaires, les agriculteurs ont sélectionné le plus naturellement du monde les meilleures espèces de végétaux.  lire la suite 

Au Salon de l’agriculture, les faucheurs volontaires alertent sur les OGM cachés

Sous la banderole, « Ni dans les champs, ni dans les bagnoles, les OGM, on n’en veut pas ! », les faucheurs et faucheuses volontaires d’OGM ont visité mardi 1er mars le Salon de l’Agriculture. Première étape, le stand consacré au Diester, le principal agrocarburant en France, produit par Sofiprotéol. Vers 15h30, les badauds sont nombreux et s’arrêtent devant la fontaine à eau électrique, qui délivre son message en fines gouttes artificielles : « Biodiesel, l’énergie verte = moins de CO2 ».

« C’est vachement bien fait quand même » dit, fasciné, un passant à sa compagne. Alors que le speaker répète le slogan, « Cinq millions de tonnes de gaz à effet de serre économisées par an », les faucheurs volontaires déploient les banderoles et interpellent les passants : « La terre est faite pour nourrir les humains, pas pour produire de l’huile pour les voitures ». lire la suite  

Les départements vont-ils faire faillite ? En effet, les collectivités subissent la forte augmentation des coûts liées au RSA, corrélée à la baisse des dotations de l’État.

Le Conseil départemental intervient dans de nombreux aspects de la vie quotidienne. Il assure des missions spécifiques telles que l'action sociale, la voirie, l'éducation. Les départements assument 35 milliards d'euros de dépenses sociales, dont 17 milliards d'AIS, les Allocation Individuelles de Solidarité.  Les collectivités  subissent la forte augmentation des coûts liés au RSA, corrélée à la baisse des dotations de l’État.

Les  Présidents de département crient à l'asphyxie et réclament à l'Etat leur dû à savoir le financement total du RSA. Écouter l'émission

Liberté pour les paysans

Aux côtés d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, vous pouvez agir pour protéger la liberté et l’autonomie des paysans du Sud lire la suite

Lot-et-Garonne : les anti LGV intentent un recours

Un nouvel épisode judiciaire devrait s'ouvrir pour le dossier de Ligne à grande vitesse, reliant Bordeaux à Toulouse. Et les opposants visent directement la décision du gouvernement lire la suite 

Notre-Dame-des-Landes, centres commerciaux : les grands projets créent-ils vraiment de l’emploi ?

Les créations d’emploi servent d’argument ultime aux promoteurs des grands projets jugés « inutiles et imposés » par leurs détracteurs. Le nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, les centres commerciaux géants en Île-de-France, ou encore le Center Parcs de Roybon en Isère, seraient un moyen de lutter contre le chômage. Focalisé sur la quantité d’emplois créés, le débat occulte certaines questions incontournables, comme le devenir des terres agricoles, la qualité et la durabilité des emplois de demain, mais aussi et surtout la pertinence d’un modèle économique à bout de souffle. Lire la suite

La France doit renoncer à construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Campagne > Grands projets inutiles et imposés

Naomi Klein, Jean Jouzel, Virginie Despentes, Pierre Rabhi, Erri de Luca, Isabelle Stengers, Cyril Dion, Giorgio Agamben, Catherine Larrère : une quarantaine de personnalités appellent le gouvernement à ne pas construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes au nom de la protection du climat et du respect des engagements de la COP 21. lire la suite 

Biocoop solidaire des habitants et paysans de Notre-Dame-Des-Landes

Les commerçants et les paysans du réseau coopératif Biocoop soutiennent le mouvement citoyen mobilisé contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en particulier les habitants et les paysans menacés d'expulsion.

Ce projet d'État, emblématique des années 70, apparaît aujourd’hui totalement dépassé, inutile et destructeur au regard des enjeux environnementaux, contraire aux déclarations de la COP21 et du Grenelle de l'environnement. Lire la suite

Pour la justice climatique, abandonner le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes

Bonjour,

Merci d'avoir signé cet appel exigeant l'abandon du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.
Quelques semaines après l'adoption de l'accord de Paris, à l'issue de la COP21, il est temps de cesser les grands discours, et d'en venir aux actes.

Maintenir le réchauffement climatique à 1,5°C implique de renoncer à développer de nouveaux projets liés aux fossiles, qu'il s'agisse de leur extraction comme de leur combustion. C'est le sens de cet appel - et de nombreuses mobilisations à venir, qui visent à tourner la page des combustibles fossiles.

Nous vous tiendrons au courant des prochaines étapes.
D'ici là, pour en savoir plus sur l'actualité de la lutte en cours à Notre Dame des Landes, rendez-vous sur les sites de l'ACIPA et sur le portail d'information sur l'actualité des mobilisations sur la Zone à défendre.


350.org est en train de bâtir un mouvement mondial pour résoudre la crise climatique. Communiquez avec nous sur Facebook et inscrivez-vous pour recevoir nos mises à jour par courriel. Vous pouvez contribuer et soutenir notre travail en vous impliquant localement et en faisant un don ici.

Qu'est-ce que 350? Rendez-vous sur notre site web pour en savoir sur plus les origines scientifiques de notre mouvement.

Biens communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l'Economie Sociale et Solidaire

"On ne changera pas le monde avec des mots, mais on peut au moins choisir ceux qui diront et accompagneront les changements nécessaires" [Alain Rey]

Qu’est-ce qui rapproche les comités de l’eau à Cochabamba (Bolivie) et l'agropastoralisme coopératif du Versant du soleil en Tarentaise ? Un processus tout simplement, celui des COMMUNS !

Un mot n’est peut-être qu’un mot, mais il est, ce qui a son importance, puisqu’il peut sous-tendre des idées et des pratiques, ainsi en est-il pour COMMUN, et ce mot devient concept quand il est associé à d’autres tels ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS). lire la suite

Informations complémentaires

 Sommes nous capable de penser la cause de nos problèmes pour innover ensemble une économie issue de la société civile ? lire la page 

Malbouffe et mauvaise santé  : deux mamelles de l'industrie médico-alimentaire ? Notre système de santé est-il malade ? Lire la suite 

site internet montauban